Decode, quand le Punk embrasse la Pop

Decode, quand le Punk embrasse la Pop

Nous ouvrons le bal de notre rubrique consacrée aux artistes locaux avec Decode, un groupe dynamique, original et à la croisée des genres : Du Punk et de la Pop ! L’occasion pour vous de découvrir leur univers et de se pencher sur le son de leur guitariste Yoan. Allez c’est parti !

Pour la petite histoire, Decode est un groupe azuréen fondé en 2019 autour de 4 membres : Mina au chant, Yoan à la guitare, Xavier à la batterie, Loïc à la basse. 4 musiciens aux inspirations aussi diverses que variées mais liés par un amour de deux genres à priori incompatibles : Le Punk-Rock et la Pop !

De ce mariage aussi surprenant qu’incongrue en ressort une musique festive, dynamique et accessible à un large public. Les influences de ces derniers sont multiples et coté Punk nous sommes gâtés : Blink 182, The Offspring ou encore Green Day ! Autant dire que le meilleur de la Californie s’est donné rendez-vous au même endroit. Coté Pop, les plus fervents défenseurs du genre ne seront pas lésés avec des artistes incontournables comme Lady Gaga, Katy Perry ou Adèle.

Coté prestation, le groupe n’est pas en reste. En effet, couleurs flashy et néons sont au rendez-vous. Cette cohérence musicale et vestimentaire vient servir à merveille le propos du groupe : l’énergie et la bonne humeur.

Coté son, le défi était de taille. Qui dit musiques actuelles (voir électro) dit loops, synthé etc. Pas facile pour une formation de 4 musiciens. C’est pourquoi l’utilisation massive de samples apporte un réel plus à cet univers musical déjà consistant.

Et la guitare dans tout ça ?

Eh oui, je vous vois venir : « Les samples et l’électro c’est bien beau, mais quand est ce que l’on parle de guitare ? » Eh bien tout de suite.

Decode, quand le Punk embrasse la Pop


Comme nous l’avons vu précédemment, Decode possède des influences Punk Rock. La guitare reste donc un instrument très présent au sein de la formation. C’est à Yoan que revient la lourde responsabilité de définir la signature sonore du groupe. Et nous savons à quel point cela peut être difficile. Lors de la préparation de cet article, nous sommes allés à sa rencontre pour connaitre en détail son Rig ! Yoan possède un jeu énergique, sans fioriture mais extrêmement efficace. Cette vision se retrouve jusque dans le choix de son Set Up.

Guitare : Pour son instrument principal, Yoan a décidé de se tourner vers une valeur sûre : Une Gibson Les Paul Standard de 2019, déclinée ici en finition Sunburst. Est-il encore nécessaire de présenter cet instrument ?
Non, cependant il est intéressant de se pencher sur le choix de ce dernier pour le guitariste du groupe. La Gibson Les Paul, par sa conception et ses micros doubles bobinages (Burstbuckers dans le cas présent), est une guitare polyvalente et capable de délivrer de grosses saturations. Ce son massif, c’est justement ce que va rechercher Yoan. Etant le seul guitariste du groupe il doit pouvoir recouvrir un spectre sonore important.

Decode, quand le Punk embrasse la Pop
Decode, quand le Punk embrasse la Pop

Amplificateur : Avis aux amateurs, ce guitariste est un homme de goût. Les influences du groupe étant majoritairement d’outre-Atlantique, il était nécessaire pour Yoan de trouver un ampli délivrant un son typé US.

Quoi de plus naturel que de se tourner vers la marque Mesa Boogie ? Ici, l’heureux élu est un Mesa Boogie Mark V Combo, équipé en C90 pour des basses généreuses. Un amplificateur versatile, mais capable de délivrer des saturations grasses et riches en harmoniques.

Cet ampli, est doté de 3 canaux, possédant chacun sa propre personnalité. Pour les besoins du groupe, Yoan utilise majoritairement les canaux 2 et 3 de la façon suivante.

Le canal 2, switch « thick » engagé, plutôt taillé pour le crunch. Ce canal se rapproche d’un Marshall JCM800 mais avec un voicing légèrement différent. Idéal pour les Palm Mute et les parties rythmiques plus calmes (comme The Middle de Jimmy Eat world, au répertoire du groupe).

Le canal 3, switch Mark IV engagé, est utilisé pour les parties Lead et les rythmiques nécessitant un son velu, très orienté 90’s, mais différent des séries Rectifier du même constructeur.

Lorsque nous avons parlé du Mark V avec Yoan ce dernier nous a confié qu’il s’agissait d’un ampli fabuleux mais qu’il fallait s’y pencher très longuement pour parvenir à trouver sa signature sonore.

Pédales d’effets : Il est temps d’aborder la partie de prédilection d’Effects Area ! Les pédales d’effets.

De ce côté-là, Yoan est un guitariste plutôt minimaliste. Ce dernier l’a reconnu « Depuis que j’ai trouvé mon son « global » avec le Mark V, je n’ai plus vraiment besoin de pédales de distortion ou autres. Auparavant, j’utilisais une MXR Dookie Drive sur un Egnater Tweaker 15. Le rendu était intéressant, mais je préfère la saturation naturelle du Mesa Boogie. »

Cependant, bien que n’utilisant aucun effet en façade, ce dernier a jeté son dévolu sur plusieurs modulations placées dans la boucle d’effets : un delay et un chorus.

Le delay est un MXR Carbon Copy, une référence qui semble indétrônable. Derrière un aspect plutôt classique se cache un delay très efficace, combinant de nombreuses possibilités en termes de répétitions ainsi qu’une modulation interne pour détériorer les échos. Certains ont tendances à le trouver un peu « dark », mais à part ça peu de critiques à son égard.

Le chorus est quant à lui un Ibanez Stereo Chorus CS9. Historiquement un des plus anciens chorus du marché, décliné ici en version stéréo. Ce modèle de pédale fût utilisé de façon intensive dans les années 80/90 par de grands noms tels que Gary Moore ou Nile Rodgers (Daftpunk, Chic). Il s’agit d’un chorus typé vintage, organique et chaud, restituant à la perfection la dynamique de l’instrument.

La réponse de Yoan quant à l’utilisation de ces effets est très cohérente : « Je suis le seul guitariste du groupe. Bien que nous utilisons régulièrement des samples, je suis obligé de remplir une très large partie du spectre sonore. Les effets de modulation (notamment stéréo en cas de dual amp) vont me permettre cela tout en créant une atmosphère spécifique. Le delay pour étendre l’image stéréo et le chorus pour apporter de la consistance à mes crunch. Et puis au-delà de ça, j’ai toujours aimé ces sonorités-là, même quand je joue tout seul ! »

Decode, quand le Punk embrasse la Pop
Decode, quand le Punk embrasse la Pop

Vous aimez le Punk Rock ? Vous aimez la Pop ? Vous aimez le fluo ? Ne cherchez pas plus loin vous allez adorer Decode. Derrière ce mélange des genres se cache un cocktail détonnant, alliant bonne humeur et technicité. Mais accessibilité ne rime pas avec simplicité : Decode, c’est avant tout un quatuor de musiciens talentueux et désireux d’aller plus loin. Le Punk est mort, vive le Punk.

Découvrez sans plus tarder l’univers coloré et les dates à venir du groupe sur leur page Facebook : Decode Groupe

0 Commentaire